Le but de la vie est de retourner dans le monde spirituel à la fin de cette vie même. Pour celà il suffit simplement de penser à Dieu, Krishna au momnent de quitter votre corps. comment? voici l'explication.

La vie!

Que faire de sa vie?

Image de Krishna      Krishna dit dans la “Bhagavad–gita“ chapitre 12, que faire de sa vie.


     Pour qui M´adore, abandonne à Moi tous ses actes et se voue à Moi sans partage, absorbé dans le service de dévotion et méditant constamment sur moi, son mental fixé sur Moi, pour celui-là, ô fils de Prthâ, Je suis le libérateur qui bientôt l´arrachera de l´océan des morts et des renaissances.
(verset XII, 6-7)

     Si tu ne peux ô Mon cher Arjuna, ô conquérant des trésors, attacher sur Moi ton mental sans faillir, observe alors les principes régulateurs du bhakti-yoga; tu acquerras ainsi le désir de M´atteindre.
(verset XII, 9)

     Si toutefois tu ne peux te soumettre aux principes régulateurs du bhakti yoga, alors essaie de Me consacrer tes oeuvres, car en agissant pour Moi, tu atteindras l´état parfait.
(verset XII, 10)

     Et si tu ne peux même agir dans cette conscience, alors efforce-toi de renoncer à tout fruit de tes actes, et en l´âme d´établir ta conscience.
(verset XII, 11)

     Mais si à cette pratique non plus tu ne peux te plier, cultive alors la connaissance. Supérieur à la connaissance, néanmoins, est la méditation, et supérieur à la méditation, le renoncement aux fruits des actes, car ce renoncement peut conférer, pour le mental, toute paix.
(verset XII, 12)

     Celui, envieux de rien, qui se comporte avec tous en ami bienveillant, qui de rien ne se croit le possesseur, qui du faux ego est affranchi et dans la joie comme dans la peine reste le même, qui plein de pardon, toujours connaît le contentement, qui avec détermination est engagé dans le service de dévotion, et dont le mental et l´intelligence sont en accord avec Moi, celui-là M´est très cher.
(verset XII, 13-14)

     Celui qui jamais n´est cause d´agitation pour autrui et que jamais non plus l´agitation ne trouble, que joies et peines n´affectent pas, celui-là M´est très cher.
(verset XII, 15)

     Celui qui ne dépend en rien des modes de l´action matérielle, l´être pur, expert en tout, libre de tout anxiété, affranchi de la souffrance, et qui ne recherche point le fruit de ses actes, celui-là, Mon dévot, M´est très cher.
(verset XII, 16)

     Celui qui ne se saisit ni de la joie ni de la peine, qui ne s´afflige ni ne convoite, qui renonce au favorable comme au défavorable, celui-là, Mon dévot, M´est très cher.
(verset XII, 17)

     Celui qui envers l´ami ou l´ennemi se montre égal, et le même devant la gloire ou l´opprobre, la chaleur ou le froid, les joies ou les peines, l´éloge ou la blâme, qui toujours est libre de toute souillure, silencieux, satisfait de tout, insouciant du gîte, et qui, établi dans la connaissance, Me sert avec amour et dévotion, celui-là M´est très cher.
(verset XII, 19)

     Celui qui, plein de foi, dans cette impérissable voie du service de dévotion s´engage tout entier, faisant de Moi le but suprême, celui-là M´est infiniment cher.
(verset XII, 20)

     Emplis toujours de Moi ton mental, et deviens Mon dévot, offre-Moi ton hommage, voue-Moi ton adoration, et certes à Moi tu viendras. Cela, Je te le promets, car tu es Mon ami, infiniment cher.
(verset XVIII, 65)

     Laisse là toute autre forme de religion, et abandonne-toi simplement à Moi. Toutes les suites de tes fautes, Je t´en affranchirai. N´aie nulle crainte.
(verset XVIII, 66)


SB XII, 5, 31

(Prahlada Maharaja said:)
na te viduh svartha-gatim hi visnum
durasaya ye bahir-artha-maninah
andha yathandhair upaniyamanas
te 'pisa-tantryam uru-damni baddhah


TRANSLATION
Persons who are strongly entrapped by the consciousness of enjoying material life, and who have therefore accepted as their leader or guru a similar blind man attached to external sense objects, cannot understand that the goal of life is to return home, back to Godhead, and engage in the service of Lord Vishnu. As blind men guided by another blind man miss the right path and fall into a ditch, materially attached men led by another materially attached man are bound by the ropes of fruitive labor, which are made of very strong cords, and they continue again and again in materialistic life, suffering the threefold miseries.