Le but de la vie est de retourner dans le monde spirituel à la fin de cette vie même. Pour celà il suffit simplement de penser à Dieu, Krishna au momnent de quitter votre corps. comment? voici l'explication.

Une civilisation évoluuée

Suivant l'enseignement de Prahlada Maharaja

Image à venir

tuste ca tatra kim alabhyam ananta adye
kim tair guna-vyatikarad iha ye sva-siddhah
dharmadayah kim agunena ca kanksitena
saram jusam caranayor upagayatam nah
TRADUCTION

      Rien n'est inaccessible au bhakta qui a su satisfaire le Seigneur Souverain, Lui qui est la Cause de toutes les causes, la source originelle de tout ce qui existe. Le Seigneur est le réservoir de qualités spirituelles infinies. Par suite, quel besoin ont les bhaktas qui transcendent les influences des gunas de suivre les voies de la religion, de la poursuite des richesses, de la satisfaction des sens et de la libération, tous ces objectifs étant automatiquement accessibles sous l'influence des gunas? Nous les bhaktas, nous glorifions sans cesse les pieds pareils-au-lotus du Seigneur, si bien que nous n'avons rien à demander en matière de dharma, de kama, d'artha et de moksa.

TENEUR ET PORTEE

      Dans une civilisation évoluée, les gens désirent beaucoup se montrer pieux, s'assurer une bonne situation financière, satisfaire leurs sens autant qu'ils le peuvent, et enfin parvenir à la libération. Néanmoins, il ne faut pas attacher à ces divers objectifs une importance exagérée et les considérer comme désirables. En fait, un bhakta obtient très facilement tous ces bienfaits. Bilvamangala Thakura dit à ce propos: muktih svayam mukulitanjali sevate sman dharmartha-kama-gatayah samaya-pratiksah. La libération se tient toujours à la porte du bhakta, toute disposée à exécuter ses ordres; le progrès matériel lié à la piété, à la poursuite des richesses, à la satisfaction des sens ou à la libération, attend seulement la première occasion de servir le bhakta. Un dévot du Seigneur est déjà établi au niveau transcendantal; il n'a à remplir aucune condition pour être libéré. Ainsi que le confirme la Bhagavad-gita (14.26): sa gunan samatityaitan brahma-bhuyaya kalpate -le bhakta transcende les actions et les réactions des trois gunas parce qu'il est établi au niveau du Brahman.

      Prahlada Maharaja explique: agunena ca kanksitena -celui qui se consacre au service d'amour absolu des pieds pareils-au-lotus du Seigneur n'a plus aucun besoin en matière de dharma, d'artha, de kama ou de moksa. C'est pourquoi, dans le Srimad-Bhagavatam, au début de cet ouvrage transcendantal, nous trouvons les mots dharmah projjhita-kaitavo tra. Le dharma, l'artha, le kama et le moksa sont trompeurs et superflus (kaitava). Ceux qu'on qualifie de nirmatsaranam, c'est-à-dire qui transcendent parfaitement toutes les activités matérielles fondées sur la distinction entre "ce qui est à moi" et "ce qui est à toi", et qui s'absorbent simplement dans le service de dévotion, sont réellement dignes d'accepter le bhagavata-dharma (dharman bhagavatan iha). Parce qu'ils sont nirmatsara, dénués d'envie, ils désirent transformer les autres êtres en bhaktas -même leurs ennemis. A cet égard, Srila Madhvacarya nous fait remarquer: kanksate moksa-gam api sukham nakanksato yatha -les bhaktas ne désirent aucune forme de bonheur matériel, pas même celui qui résulte de la libération. C'est ce que l'on appelle anyabhilasita-sunyam jnana-karmady-anavrtam. Les karmis aspirent au bonheur matériel, et les jnanis à la libération, mais le bhakta, lui, ne désire rien; il est simplement satisfait de servir avec amour les pieds pareils-au-lotus du Seigneur et de Le glorifier partout par la prédication, ce qui représente sa vie et son âme.